Elior Services – banlieue lyonnaise : “héros” au travail, zéro sur la paye, grève !

15 Juillet 2020

Même en petit nombre mais déterminés, on peut se faire respecter. Six femmes de ménage en grève de la société Elior Services, dont cinq nettoient l’usine chimique Elkem à Saint-Fons et la sixième la prison de Corbas, ont tenu tête à leur patron toute une semaine.

Elles ont travaillé durant le confinement, pris les transports en commun et exposé leur santé comme ces « derniers de corvée » qui sont montés au front. Elles ont eu du travail supplémentaire de désinfection et ont dû se battre pour avoir des masques. À l’usine chimique Elkem, classée Seveso II, comme à la prison, elles n’ont droit ni à la prime de risque, comme les travailleurs de ces deux sites, ni à la prime Covid, réservée par Elior aux seuls nettoyeurs des hôpitaux et cliniques. Ces injustices, ajoutées aux salaires minables à vie, ont fait éclater la colère. En plus d’une égalité des primes, les femmes de ménage réclament 300 euros d’augmentation par mois, un minimum.

Réunies le lundi 6 juillet, dès 6 heures, devant Elkem puis devant la prison de Corbas, elles ont imposé leur présence aux négociations avec le directeur régional. Au troisième jour de grève, celui-ci lâchait quelques centimes de plus sur le taux horaire. Ce mépris n’a fait qu’exaspérer davantage les grévistes ainsi que les travailleurs d’Elkem qui, dès le lendemain, ont montré généreusement leur soutien lors d’une collecte à la porte.

Finalement, vendredi 10 juillet, Elior annonçait trois réunions prochaines avec toutes les salariées et leur déléguée CGT, pour évaluer la prime de risque. Les jours de grève seront payés par une prime équivalente à la perte du salaire. C’est un premier recul d’Elior.

En prévision d’une période de chômage partiel à venir et de l’arrivée des vacances, les grévistes ont repris le travail. Mais elles ont déjà pris rendez-vous en septembre au cas où Elior les lanternerait. Les actionnaires d’Elior et Elkem, planqués à l’arrière, doivent payer tout comme l’État qui gère la prison de Corbas et sait distribuer des milliards aux entreprises.

Correspondant LO