Alinea : sauvez les emplois, pas les profits de Mulliez !

15 Juillet 2020

Vendredi 3 juillet, les 77 employés du magasin Alinea des Clayes-sous-Bois, dans les Yvelines, ont appris sa fermeture. Cela s’inscrit dans un vaste plan d’économies qui touche vingt-trois des trente magasins de l’enseigne au niveau national.

Sur les 2 150 travailleurs que compte le groupe, 1 211 sont menacés de licenciement. Alinea a été placé en redressement judiciaire, le jugement devant être rendu le 29 juillet. D’ici là, la direction du magasin des Clayes-sous-Bois affirme qu’il ne faut pas s’inquiéter. Ne pas s’inquiéter quand on risque de perdre son gagne-pain à la fin du mois ?

Le directeur général Alexis Mulliez, prétend que le confinement aurait mis la société dans une situation critique, alors qu’elle était déjà, d’après lui, fragilisée par la crise des gilets jaunes et les grèves contre la réforme des retraites. Mais cela ne l’empêche pas de postuler lui-même comme repreneur pour garder sept des trente magasins.

Comme son nom l’indique, ce monsieur est un des 700 rejetons de la famille Mulliez. Une famille qui, avec une fortune estimée à 26 milliards d’euros aujourd’hui selon le magazine Challenges, se classe parmi les premières de France. Rien qu’en 2018, les Mulliez ont gagné 8 milliards d’euros, soit presque 1 million par heure ! L’argent déborde donc dans leurs coffres-forts.

Pour défendre leur empire, ils ont constitué une association familiale Mulliez et ils veulent continuer à le faire fructifier en jetant à la rue ceux qui leur ont permis d’accumuler leurs profits.

Pour que les 77 travailleurs du magasin des Clayes-sous-Bois, et au-delà les autres travailleurs du groupe, ne se retrouvent pas sur le carreau, ils devront eux aussi s’associer pour imposer de prendre sur les bénéfices de la famille Mulliez pour sauver leurs emplois.

Correspondant LO