Covid : un drame financier pour beaucoup

01 Juillet 2020

Près de 5 % de la population n’est pas couverte par une complémentaire santé ou une mutuelle. Ce sont bien sûr les plus pauvres, des travailleurs précaires, des chômeurs ou des retraités, tous ceux pour qui la fin du mois commence dès le 15 et qui sont des laissés-pour-compte de cette société.

Le Covid-19 ne fait pas de différence entre eux et tous les autres. Certains en ont été atteints et ont dû être hospitalisés, parfois en service de réanimation. À la sortie de l’hôpital, ils ont reçu des factures astronomiques, car le coronavirus n’est pas pris en charge à 100 % par la Sécurité sociale, 20 % de la facture restant à la charge du patient.

C’est le cas d’une malade hospitalisée dans le Val-de-Marne, à qui l’hôpital réclame 2 356 euros pour seize jours de prise en charge. Dans le Val-d’Oise, la famille d’un patient décédé du Covid-19 à l’hôpital Saint-Louis, où il avait été en réanimation une dizaine de jours, a reçu une facture de 7 036,80 euros, correspondant aux 20 % de la facture totale de 35 184 euros. Ni la femme du malade décédé, qui n’a que 560 euros de retraite, ni son fils chauffeur de bus, qui gagne tout juste 1 800 euros par mois, ne peuvent payer cette somme énorme. Ils ont décidé de s’associer à un recours en justice contre l’État avec 130 autres familles qui considèrent, avec raison, que les soins devraient être pris en charge par celui-ci, et que cela devrait être une priorité sociale. Pour les plus pauvres, le Covid est ainsi non seulement un drame humain mais aussi un drame financier. Une honte !

Cédric DUVAL