Borgwarner – Eyrein : pas question de payer la crise !

01 Juillet 2020

Jeudi 25 juin, les 368 travailleurs de Borgwarner à Eyrein, près de Tulle, ont appris la fermeture pure et simple de leur entreprise pour le premier trimestre 2022.

Borgwarner a déjà subi des suppressions de postes . Jusqu’en 2014, l’usine comptait 500 travailleurs en CDI, plus un volant de 200 intérimaires. Depuis, la direction ne cesse de se plaindre d’une baisse de son chiffre d’affaires sur Eyrein, alors même qu’elle demande d’effectuer des heures supplémentaires !

En réalité, BWA est une multinationale qui compte 29 000 travailleurs, des filiales et des dizaines d’usines à travers le monde. Sur les neuf premiers mois de l’année 2018, cet équipementier a dégagé un bénéfice net de 701 millions de dollars (+ 20 %), sur un chiffre d’affaires de 8 milliards de dollars (+ 10 %). Et en janvier dernier Borgwarner s’est payé Delphi Technologies pour 3,3 milliards de dollars.

Mais le groupe n’a jamais craché sur la moindre aide publique locale ou européenne, notamment lors de son déménagement de Tulle à Eyrein. « Quand je me rappelle tout ce que jai pu faire et tout ce que nous avons consacré comme temps, comme moyens, comme énergie pour permettre linstallation de cette entreprise, je ne peux pas accepter comme ça, par une annonce brutale, quon puisse tirer un trait », pleurniche François Hollande tout en demandant à l’État d’intervenir !

Le délégué syndical CGT, lui, regrette que la direction n’ait pas tenu compte des conseils du syndicat et n’ait pas su diversifier ses donneurs d’ordres, rendant l’usine trop dépendante de Volkswagen. Mais, si l’usine de Tulle fabrique des modules de boîtes de vitesses à 90 % pour Volkswagen, BWA a dans son portefeuille de clients les trois principaux constructeurs américains et la quasi- totalité des constructeurs européens.

Mais surtout, si aujourd’hui ce richissime équipementier international anticipe une baisse des commandes suite à la crise mondiale de l’automobile, les actionnaires de ce groupe, comme ceux de Volkswagen et autres, ont encaissé de substantiels dividendes pendant vingt cinq ans. Ce ne serait que justice, s’il y a moins de travail, de prendre sur les milliards de profits passés, présents et à venir, pour maintenir tous les emplois et salaires en répartissant l’activité et le temps de travail entre tous les travailleurs d’Eyrein et des autres usines.

Correspondant LO