Affaire Kohler : les hommes du président

01 Juillet 2020

Le site Mediapart a publié le 23 juin une lettre rédigée par Macron durant l’été 2019 à l’attention du Parquet national financier (PNF) pour se porter garant de l’intégrité de son proche collaborateur et secrétaire général de l’Élysée, Alexis Kohler, alors visé par une plainte pour prise illégale d’intérêts, trafic d’influence et corruption passive.

À la suite de cette garantie donnée par le président, l’enquête judiciaire a été classée sans suite. Kohler était soupçonné d’avoir utilisé à plusieurs reprises ses fonctions durant sa carrière de haut fonctionnaire pour favoriser l’entreprise italo-suisse MSC, poids lourd du secteur de la croisière et deuxième armateur de porte-conteneurs du monde dont sa famille est le principal actionnaire.

Il y a en effet de quoi être suspicieux quand on sait que Kohler a siégé en tant que représentant de l’État au conseil d’administration des chantiers navals de Saint-Nazaire, STX France, et au conseil de surveillance du port du Havre, deux entreprises pour lesquelles MSC représente un important client. Cet amoureux de la mer et du transport maritime a été aussi directeur de cabinet des ministres de l’Économie qu’ont été Moscovici, puis Macron, avant de décider de devenir directeur financier de MSC entre août 2016 et mai 2017.

Qu’un haut fonctionnaire devienne l’un des principaux cadres d’une grande entreprise qui veut pouvoir développer ses réseaux d’influence au sein de l’État, cela n’a rien de très original. Kohler a plus que d’autres le sens de la famille et cela a fini par se voir. Qu’un président intervienne pour appuyer ses amis et leur éviter des ennuis avec la justice, cela n’a rien non plus de très nouveau. Mais Macron ne prend même pas la peine d’y mettre les formes et cela aussi, ça finit par se voir…

Julie LEMÉE