Centre handicapés – Pantin : une première grève le 16 juin

17 Juin 2020

Mardi 16 juin, les travailleurs de la santé du centre pour handicapés de la résidence Clothilde-Lamborot à Pantin, en Seine-Saint-Denis, se sont mobilisés, à l’appel de la CGT de l’Association des paralysés de France (APF).

Clothilde Lamborot était une des quatre jeunes poliomyélitiques qui en 1933 créèrent cette association. C’est la première fois depuis l’ouverture de ce centre à Pantin, il y a trente-cinq ans, que des travailleurs font grève. Chaque équipe de jour a fait deux heures de grève. Quelques-uns de l’équipe du matin se sont associés à ceux de l’après-midi.

Dans cet établissement, 54 résidents sont accueillis par des salariés travaillant en équipes : dix le matin jusqu’à 15 heures, douze jusqu’à 22 heures et un veilleur de nuit et deux aide-soignantes la nuit. Ils font des semaines de 35 heures pour une paye inférieure au smic. Comme beaucoup d’autres, ils réclament 300 euros d’augmentation de salaire pour tous ; une prime Covid de 1 500 euros égale pour tous ; le même indice que les aides-soignants de l’hôpital, car le leur est légèrement inférieur ; la retraite à 57 ans à taux plein, pour compenser la pénibilité de leur travail. Toutes revendications auxquelles la direction fait la sourde oreille.

Les grévistes ont profité de cette journée pour expliquer aux passants comment ils sont exploités dans ce centre, étant entendu que la satisfaction de leurs exigences serait également bénéfique pour le confort des résidents.

Correspondant LO