Lubrizol – Rouen : le gouvernement mis en cause

10 Juin 2020

La commission d’enquête du Sénat a rendu public le 4 juin son rapport concernant l’évaluation de l’intervention des services de l’État lors de l’incendie sur le site de l’usine Lubrizol.

On se souvient que l’incendie dans une zone de stockage de l’usine ainsi que sur le site mitoyen de l’entreprise Normandie Logistique avait fait partir en fumée près de 10 000 tonnes de produits chimiques, principalement des hydrocarbures, mais aussi les additifs ajoutés aux lubrifiants fabriqués par Lubrizol. Il en est résulté un panache de fumée long de 22 km et des retombées de suies sur plusieurs départements du nord du pays.

Le Sénat, dominé majoritairement par la droite, ne se prive pas de mettre à mal la communication de la préfecture qui, à force de langue de bois rassurante, a au contraire augmenté l’inquiétude de la population. De même le Sénat critique le défilé des ministres sur place et leurs déclarations approximatives et parfois contradictoires quant à la dangerosité des produits consumés ou dispersés dans l’atmosphère.

Il souligne l’insuffisance de contrôle des sites Seveso par les services de l’État, et même leur indulgence, mais il ne remet pas en cause le droit de milliardaires tels que Warren Buffett, propriétaire de Lubrizol, de mettre en danger la santé ou la vie des populations vivant à proximité de leurs sites de fabrication et ses recommandations risquent bien de rester lettre morte.

Les seuls contrôles qui vaillent sont ceux qui seraient effectués par les travailleurs des usines concernées et par la population environnante.

Correspondant LO