Chloroquine : cherche remède… contre la bêtise des dirigeants

10 Juin 2020

Après la publication d’une étude par le Lancet affirmant non seulement que la chloroquine est inefficace mais qu’elle est dangereuse, le ministre de la Santé a décidé d’interdire l’utilisation de ces produits dans le traitement de la pandémie.

Le professeur Raoult, après avoir parlé « d’une étude foireuse » n’ayant étudié que les dossiers des malades sans jamais les voir, a publié une étude avec les plus de 4 000 patients traités dans son institut, des vrais malades dit-il... Il a reçu le soutien d’une centaine d’experts qui pointent du doigt des erreurs dans l’étude du Lancet, qui l’a finalement retirée.

Après avoir suspendu dans un premier temps toutes les études scientifiques auxquelles elle participe et qui utilise ces produits, l’OMS a annoncé leur reprise.

Mais comme si ces polémiques ne suffisaient pas, les politiques eux aussi se mêlent de l’affaire comme s’ils avaient un titre quelconque pour le faire. Trump a annoncé avoir cessé de prendre de la chloroquine après s’être répandu dans les medias sur son utilité. Bolsonaro, le président brésilien, dit continuer à le faire et limoge les ministres de la Santé qui ne sont pas d’accord avec lui. Pendant ce temps la pandémie aux USA comme au Brésil atteint des sommets et les hôpitaux manquent de tout.

À coup de déclarations tonitruantes de politiciens ou d’experts à la recherche du « buzz » dans les médias, c’est une polémique stérile qui se développe. Pendant ce temps, faute des moyens sanitaires indispensables, le virus continue à faire sa moisson de victimes, en particulier justement aux États-Unis et au Brésil. Tenter de détourner l’attention de la population des vrais problèmes n’en est que plus utile pour des dirigeants irresponsables.

Cédric DUVAL