Pour Adama Traoré : des milliers dans la rue le 2 juin !

03 Juin 2020

Les violences policières racistes ne sont pas l’apanage des États-Unis. En France, des milliers de manifestants sont descendus dans la rue pour le dire, en exigeant justice pour Adama Traoré, mardi 2 juin. Ils étaient, selon les chiffres de la police, 20 000 à Paris, un millier à Lyon, des centaines à Lille.

Adama Traoré est mort entre les mains des gendarmes suite à une interpellation musclée le 19 juillet 2016. Depuis, la justice, la police et les experts nommés par l’administration ont couvert les gendarmes, alors que les expertises indépendantes et les témoignages montrent leur responsabilité. La famille n’a eu de cesse de demander justice et d’affirmer que bien d’autres étaient morts comme Adama Traoré ou sont, chaque jour, victimes des brutalités policières ciblées. L’actualité récente le démontre encore avec le cas d’un adolescent de Bondy, âgé de 14 ans, tabassé par quatre policiers après une tentative de vol. L’adolescent, un Rom, souffre d’un traumatisme crânien et d’une fracture de la face menaçant son œil.

Ces violences sont certes le fait d’individus mais toute l’institution policière est imprégnée de racisme et de haine des pauvres. Cela découle de sa fonction et c’est pourquoi elle est systématiquement couverte par la hiérarchie. Le ministre Castaner l’a encore montré le 2 juin en envoyant ses sbires disperser la manifestation parisienne, la noyant sous les gaz et embarquant 19 personnes. Il a assorti cette démonstration de force de commentaires élogieux pour la police et méprisants pour les manifestants, tout en continuant à affirmer que la police républicaine lutte contre le racisme.

Ceux qui ont manifesté par milliers le 2 juin ont montré que cette lutte, ils sont déterminés à la mener, y compris contre la police de Castaner.

Paul GALOIS