Espagne : non à la fermeture chez Nissan !

03 Juin 2020

Jeudi 28 mai, la direction du groupe Nissan a annoncé ce que les travailleurs pressentaient depuis plusieurs semaines : la fermeture des usines de Catalogne à la fin de l’année.

Depuis début mai, l’usine de Barcelone était bloquée par une grève de travailleurs qui demandaient une réponse sur l’avenir du site. La réponse a été une véritable déclaration de guerre : l’ensemble du site sera fermé avant le 31 décembre !

Nissan a trois usines en Catalogne, dont la plus importante, Zona Franca, emploie 3 200 personnes. De ces usines dépendent 20 000 emplois indirects. C’est évidemment un site industriel connu dans toute l’Espagne.

Cette fermeture est une catastrophe pour des milliers de familles qui vont être jetées dans la misère. C’est aussi un signal qui est donné. En même temps que le Covid-19, vient la menace de fermetures d’entreprises et de licenciements dans tout le pays. Les actionnaires vont profiter de la crise sanitaire pour restructurer, rentabiliser, et peu leur importe la vie de ceux qui ont fait leur richesse.

Depuis des années, Nissan empoche les subventions du gouvernement, de la région, de la ville : 180 millions d’euros au total ! Depuis quarante ans, chaque année a été largement bénéficiaire. Pour la première fois en 2019, la direction a annoncé une perte d’exploitation.

La logique de Renault, Mitsubishi et Nissan est connue et avouée. Ils ont décidé, comme ils le disent, de restructurer leur production pour maintenir et augmenter le niveau des dividendes dans un moment de sous-activité. En clair, ils s’entendent comme larrons en foire pour faire payer leur crise aux travailleurs, même si cela ruine des régions entières.

L’émotion était grande le vendredi 29 mai. L’ensemble des usines se sont mises en arrêt et un imposant cortège est allé couper l’autoroute qui conduit à Barcelone. Dans de nombreuses petites villes de la banlieue ouvrière, des rassemblements se sont produits devant les concessionnaires Nissan.

La direction dit que l’entreprise est en surproduction ? Les travailleurs doivent continuer à rester mobilisés pour réclamer que le travail soit ajusté à la production et soit réparti entre tous sans perte de salaire. Si l’activité est réduite, s’il y a moins à produire, il faudrait produire moins, mais que tous travaillent, et pas seulement à Nissan.

Cela aurait un coût ? Bien sûr, mais les bénéfices passés et présents n’ont pas disparu en quelques jours. En Espagne, ceux de l’ensemble des entreprises n’ont cessé d’augmenter, passant de 450 milliards annuels en 2007 à plus de 511 milliards en 2018, avec cinq années consécutives de hausse des bénéfices selon les chiffres officiels.

Non seulement le site de Barcelone doit être maintenu et les emplois préservés, mais il ne s’agit pas que de Nissan. Dans tout le pays, suppressions d’emplois et faillites sont en cours ou attendues. Alors, aux actionnaires de payer, eux qui jusque-là n’ont fait qu’empocher, et en bénéfices et en subventions ! En Espagne comme ailleurs, il faut la répartition du travail entre tous !

Jacques MULLER