Maximo – Brienne : maxi profits aux dépens des travailleurs

19 Mai 2020

Le confinement a fait exploser la livraison à domicile, entre autres dans l’Aube pour l’entreprise Maximo, spécialisée dans l’épicerie et le surgelé et qui compte plus de 2 000 salariés sur une cinquantaine de sites en France.

Dans celui de Brienne-le-Château, la période de confinement a commencé avec une rupture d’approvisionnement dont le patron s’est servi pour imposer trois jours chômés déduits des congés.

Puis on est passé à l’exact opposé avec des horaires et des cadences infernales pour répondre à la demande, le tout sans protection aucune pendant des semaines pour les chauffeurs-livreurs. Il a fallu des protestations, y compris de la part de clients, pour que l’entreprise fournisse masques et gel hydroalcoolique.

Avec le déconfinement, la protection des livreurs vis-à-vis de la clientèle n’est toujours pas la préoccupation de la direction puisqu’elle les met sous pression pour placer des produits et des « parrainages » lors des livraisons.

Même les VRP ont été visés durant cette crise sanitaire. Rémunérés jusque-là sur le chiffre d’affaires, ils le sont désormais sur la base des commandes ramassées, ce qui constitue une grosse perte de revenu.

Une prime de 1 000 euros a bien été promise mais les seules certitudes à ce jour sont que l’entreprise a doublé son chiffre d’affaires et que certains samedis et le lundi de Pentecôte seront travaillés. Du côté des salariés, la colère monte !

Correspondant LO