Nos lecteurs écrivent : Des masques à tous prix

13 Mai 2020

Gestionnaire d'un collège de l'Isère, j'ai dû commander des masques pour la reprise des cours afin d'équiper professeurs, personnel administratif et élèves, le collège ayant donné auparavant au département quelques dizaines de masques, surblouses et charlottes, pour équiper les soignants…

Avec la crise sanitaire, les fournisseurs ont augmenté le prix des masques, appliquant immédiatement la loi de l'offre et de la demande pour leurs profits. Ainsi la boîte de 100 masques chirurgicaux coûte dorénavant 66 euros, chez le fournisseur du département. Pour l'instant il n'est pas certain que ce commerçant ait le stock suffisant. Obligée de me tourner vers d'autres grossistes en cas de besoin, j'ai reçu plusieurs devis pour le même genre de produits. Ainsi quand l'un proposait 2 000 masques pour 2 800 euros, un autre en proposait 1 000 à 1 600 euros. À ce jour, 10 mai, les seules protections à notre disposition se trouvent être une centaine de visières fabriquées par un collectif sur imprimante 3D.

Quant au savon, commandé normalement avant la crise, il ne sera pas livré puisque le fournisseur est en rupture de stock. Rapidement, il va nous en manquer.

La question de pouvoir équiper en masques chaque personne, adultes et collégiens, n'est donc pas résolue à une semaine de la reprise partielle des cours. Quant au surcoût financier, il devrait être pris en charge par les fonds propres du collège. Voilà une des façons, tout à fait légale, dont des fournisseurs peuvent profiter de la situation pour s'enrichir avec l'argent public.

Une lectrice de Lutte ouvrière (Isère)