Hôpitaux de Paris : deuxième vague ou non, les services restent submergés

05 Mai 2020

7 047 ! C’est le nombre, révélé par son directeur, Martin Hirsch lui-même, des renforts qui ont rejoint les hôpitaux de l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) durant la crise sanitaire. Ils se sont ajoutés aux 52 000 soignants, paramédicaux et socio-éducatifs embauchés. C’est grâce à cet énorme appoint que les hôpitaux n’ont pas sombré en mars et en avril.

Mais aujourd’hui, les contrats de tous ces travailleurs supplémentaires viennent à expiration. Les intérimaires disparaissent des services, les élèves retournent à leurs études. Et les soignants voient avec appréhension revenir leurs conditions de travail habituelles, marquées par le manque d’effectifs.

Plus ou moins vite suivant les hôpitaux, des salles affectées au Covid-19 se vident et reviennent à leur ancienne activité. C’est le cas aux hôpitaux de la ­Pitié-Salpêtrière ou Beaujon, mais moins à l’hôpital Lariboisière. Cependant, même moins nombreux, de nouveaux patients atteints de Covid-19 arrivent toujours, et certains malades rentrés chez eux doivent être hospitalisés une deuxième fois.

Surtout, le personnel redoute une deuxième vague de contamination consécutive au déconfinement. D’abord, tout le monde sait quelle épreuve a représenté l’épidémie ; tous gardent des traces, en fatigue physique et en épuisement moral. Ensuite, personne ne pense qu’on pourra absorber à nouveau un grand afflux de malades, retrouver des lits et du personnel pour cela.

Même dans les services qui reviennent à leur activité ordinaire, les soignants ne ressentent pas un retour au calme. Les consultations, les hospitalisations, les opérations qui ont attendu durant le pic de la pandémie doivent être maintenant prises en charge. C’est compréhensible, mais ce qui l’est moins est la hâte de certains chefs à rétablir une activité considérable dans leur spécialité, quelle qu’en soit l’urgence.

Presque partout donc, il n’est pas question de souffler après les semaines aiguës­ de l’épidémie. Que ce soit dans les services encore Covid-19 ou dans les autres, il faut enchaîner sur du travail intense, avec un effectif diminué.

Les directions et certains cadres ne se gênent pas pour exercer de multiples pressions. À l’hôpital Saint-Antoine, on maintient en douze heures des soignants qui n’avaient accepté ces horaires qu’exceptionnellement pour faire face au Covid-19 et parce que les renforts le rendaient possible. À la Salpêtrière, des cadres remettent en cause les congés et les RTT des mois de mai et juin. Mais recommencer avec les mêmes conditions qu’avant la crise est inacceptable, et personne n’accorde la moindre confiance à la direction générale ou au ministère pour changer en quoi que ce soit les choses, ni pour tenir compte de l’effort qui a été accompli.

« Nous faisons tout. Nous savons mieux que le ministère » : les soignants ont conscience que ce ne sont pas les dirigeants qui ont assuré la marche des hôpitaux, mais que ce sont eux. Ils n’ont pas envie de subir la suite. On a pu entendre l’un d’entre eux dire : « Quand il n’y aura plus les intérimaires et les élèves, ça pètera sûrement ! » C’est un cri du cœur qui doit devenir un cri de révolte !

Correspondant LO