Hôpital Saint-Antoine Paris : se faire entendre le Premier mai… et après

05 Mai 2020

Le Premier mai, à l’hôpital Saint-Antoine, à une quarantaine, dont une moitié d’hospitaliers, il a été décidé de faire en début d’après-midi un maximum de bruit dans les rues ceinturant l’hôpital.

Les pancartes ont été confectionnées le matin : « La crise c’est toute l’année à l’hôpital », « Une prime dans les hôpitaux, c’est pour nous faire taire ! Augmentation de salaires qui suive l’augmentation des prix ! »…

En blouse blanche, et en respectant les distances, mais sans oublier le mégaphone, la manifestation est d’abord passée dans l’hôpital. Beaucoup de soignants ouvraient les fenêtres et applaudissaient ; les travailleurs de la cantine, qui continue de tourner bien sûr, ont été chaleureusement applaudis et ont applaudi en retour : « D’habitude, nous sommes invisibles, avec l’épidémie, on voit bien que c’est les travailleurs qui font tourner le pays », reprenait le joyeux cortège.

La satisfaction d’avoir pu défiler dans les rues était grande, là encore sous les applaudissements venant des balcons ou des passants, encouragés par les coups de klaxon. Très vite, la police est intervenue en nombre, un peu gênée d’ailleurs de se retrouver devant des soignants qui n’étaient pas intimidés. Une policière a bien tenté un « Vous avez votre attestation » à une manifestante, mais devant la rigolade, elle n’a pas insisté. Ainsi, le cortège a pris son temps pour faire le tour de l’hôpital.

Depuis le confinement du 16 mars, le gouvernement encourage les applaudissements de 20 heures, par une opération de récupération des gestes de solidarité envers le personnel hospitalier qui s’étaient manifestés spontanément aux fenêtres. Mais le gouvernement souhaite surtout que le personnel des hôpitaux garde le silence sur la pénurie chronique de matériel, le manque d’effectifs, les salaires bloqués et insuffisants. À quelques dizaines, mais avec le soutien de bien des hospitaliers restés au travail, la fierté d’avoir rompu la prétendue union derrière le gouvernement était là.

Correspondant LO