Airbus Helicopters – Marignane : reprise animée sur la chaîne NH

28 Avril 2020

Mercredi 22 avril, à Airbus Helicopters, près de cinquante ouvriers et techniciens se sont rassemblés pendant 45 minutes pour faire entendre leur revendication : une majoration de 40 % et des indemnités kilométriques pour tous.

Depuis début avril, l’effectif du hangar concerné a été divisé par quatre, la moitié travaillant les quinze premiers jours, l’autre les quinze derniers, chacune étant elle-même séparée en une équipe du matin et une du soir, qui ne doivent pas se croiser. La direction veut poursuivre coûte que coûte la production d’appareils, tout en faisant mine de respecter les consignes sanitaires gouvernementales. Mais on est loin du confinement préconisé par le Conseil scientifique pour limiter les contacts, car sur l’ensemble de l’usine, cela oblige plusieurs centaines de travailleurs à se déplacer et à se croiser chaque jour.

À l’inquiétude légitime, s’est ajouté le mécontentement de se voir voler des congés, la direction se servant de l’ordonnance gouvernementale sur le Covid-19 pour prendre des jours sur les congés payés, les RTT ou les compteurs épargne temps. De plus, la nouvelle organisation impose des horaires très contraignants pour tous les travailleurs de la chaîne NH : 6 h 00-13 h 30 pour l’équipe du matin, 16 h 30-minuit pour l’équipe du soir, les trois heures entre les deux équipes devant permettre le nettoyage des postes. Mais tout le monde n’a pas la même compensation, l’équipe du soir ayant la majoration d’usage pour ces horaires, soit 40 % avec des indemnités kilométriques, tandis que l’équipe du matin, avec un horaire nouveau, n’a que 20 % et pas d’indemnités de transport.

Lundi 20, avec la reprise de la deuxième quinzaine d’avril, la grogne est montée dans l’équipe du matin, et à plusieurs reprises, les discussions se sont poursuivies au-delà des pauses. Comme le disait un ouvrier : « On se lève à 4 h 30, on doit avoir la majoration de 40 % et les indemnités kilométriques ! ».

Cette revendication, reprise unanimement, était votée à main levée le lendemain par une assemblée, d’autant plus visible et audible que chacun avait à cœur de respecter la distanciation sociale. Rédigée avec le soutien de la CGT, elle était transmise dans la foulée au chef du hangar, qui la comprenait, disait-il, tout en renvoyant sur la direction.

Mercredi 22, quasiment tous les travailleurs du hangar, y compris les intérimaires et les sous-traitants, se retrouvaient pour discuter de la suite à donner. Le jeudi, comme par hasard, le directeur du secteur, jusque-là en télétravail, passait dans le hangar. S’adressant à un travailleur, il s’est plaint de la crise économique majeure, et a laissé entendre que la solution envisagée par la direction, déjà au courant de l’agitation en cours, était de permuter les équipes du matin et du soir.

À la veille du week-end, la revendication restait 40 % de majoration et les indemnités kilométriques pour les deux équipes, avec des travailleurs bien conscients qu’ils venaient de vivre une semaine pas comme les autres.

Correspondant LO