Dassault-Argenteuil : en priorité, on reste à la maison !

25 Mars 2020

La crise sanitaire a confirmé aux travailleurs de l’entreprise que la priorité des priorités de la famille Dassault ce sont les profits.

Il aura fallu la grève, le 17 mars, pour que les usines s’arrêtent. À peine contraintes d’arrêter, les directions planifiaient un calendrier de reprise pour la semaine suivante.

« L’obligation de confinement n’est pas incompatible avec une activité économique qui ne doit pas s’arrêter afin de ne pas ajouter une crise à la crise », écrivait alors Trappier, le PDG de Dassault qui envisageait un arrêt… de trois jours. De leur côté les directeurs d’établissements affirmaient, selon la CGT, « maintenir le travail de nos salariés coûte que coûte, afin de préserver l’image de notre société et de maintenir notre chiffre d’affaires ».

En dépit de ce volontarisme affiché par la direction générale, la production est toujours au point mort et les travailleurs restent confinés chez eux. Et il y a de quoi redoubler de vigilance : un travailleur de l’usine d’Argenteuil touché par le Covid-19 est à l’hôpital en soins intensifs, deux de ses camarades de travail ont été diagnostiqués positifs.

Dassault n’en finit pourtant pas de programmer un prochain redémarrage, en promettant la sécurité optimum, avec des équipements adaptés alors même que les soignants en manquent.

Il est cependant contraint de repousser à chaque fois ce redémarrage. Échaudé par la grève, il tente d’organiser une future reprise, les uns sans les autres, en convoquant individuellement par mail des « volontaires » qu’il désigne pour assurer, écrit-il, « les priorités ». Les pressions et manœuvres de toutes sortes vont donc sans doute se succéder dans les prochains jours.

Mais pour les travailleurs, la priorité absolue, c’est leur santé, celle de leur entourage. Il n’est pas question de risquer sa vie

Correspondant LO