Banque postale Bourseul – Paris : les sales méthodes de la direction

18 Mars 2020

Mardi 17 mars, il y avait l’effervescence dans les services de la Banque postale. Chacune et chacun était remonté après les déclarations de Macron : « Alors comme ça, ils vont donner de l’argent au patronat… Pour eux tout est permis ».

Surtout, tout le monde attendait d’être renvoyé à la maison. D’autant que pratiquement personne ne travaille sur des activités dites indispensables et que la plupart des entreprises en relais sont, elles, en télétravail, ce qui est impossible au centre de Bourseul vu le matériel en place.

Dans cette ambiance, la direction avait convoqué un CHSCT où elle annonçait une mesure d’apaisement, indiquant qu’elle acceptait que l’immense majorité du personnel rentre chez lui. Ne seraient gardés que quelques effectifs absolument nécessaires et recrutés au volontariat. Des militantes passaient dans les services pour annoncer les choses et s’expliquer sur la situation.

Mais quelques heures plus tard, la direction annonçait brutalement que tout cela était remis en cause par la direction centrale de la Banque postale. Tout le personnel était réquisitionné et devait, selon les services, venir soit un jour sur deux soit avec des aménagements d’horaire. C’était là l’abattement, ailleurs la colère. Un service descendait protester à une cinquantaine face à une directrice dont le seul argument était : « Ce sont les ordres de la direction centrale, un point c’est tout ».

Voilà une attitude de la direction qui, tôt ou tard, reviendra en boomerang vers ceux qui se sont permis de traiter de cette façon leurs salariés.

Correspondant LO