La grève des avocats continue

26 Février 2020

Lundi 24 février, les avocats ont interdit l’entrée du palais de justice de Paris, empêchant ainsi les procès programmés dans la journée, notamment celui des Fillon. C’était selon eux une première depuis mille ans !

Depuis début janvier, les avocats sont en lutte contre la réforme des retraites du gouvernement. Ce dernier veut leur imposer un doublement des cotisations retraite, qui passeraient de 14 à 28 %, et la disparition de leur caisse autonome qui, jusqu’à présent, assurait le paiement des pensions. Cette réforme pourrait être fatale pour les avocats aux revenus modestes et les cabinets sans grande notoriété.

Les belles paroles du gouvernement minimisant les effets de la réforme, ses promesses de moduler l’augmentation des cotisations, ou la dernière proposition de la garde des Sceaux, revenant à un tour de passe-passe, n’ont pas convaincu. En même temps qu’une carotte, la ministre a agité le bâton en tentant de mobiliser les magistrats et les greffiers, touchés par la grève des avocats, contre les grévistes. Mais la majorité de ces derniers s’en sont montrés plutôt solidaires, car tous ceux qui travaillent dans le secteur de la justice savent combien les réformes antérieures ont joué un rôle dévastateur.

La manœuvre de la ministre a plutôt galvanisé les avocats en lutte. Leur mobilisation reste donc forte dans tout le pays, entraînant le renvoi de milliers de procès. L’attitude de mépris, habituelle chez ce gouvernement, est bien impuissante à convaincre.

Jacques FONTENOY