Faurecia – Beaulieu Mandeure : inondation d’argent public, assèchement des emplois

26 Février 2020

L’an dernier, la direction de Faurecia annonçait sa décision de quitter le site de Mandeure qui produit des pots d’échappement pour PSA, un site trop exposé aux inondations du Doubs.

Elle avait besoin de relocaliser cette usine sur un nouveau site, dans le Pays de Montbéliard, dans le but aussi de trouver « des pistes de croissance. »

Le gouvernement comme les collectivités locales arrosent de millions de subventions les équipementiers de l’automobile comme Faurecia. Il s’agit prétendument de soutenir l’innovation dans les énergies dites propres. C’est très naturellement que Faurecia trouve un fleuve de financements publics pour la construction d’une nouvelle usine. La SEM-PIE, émanation de Pays de Montbéliard Agglomération (PMA), lui rachèterait pour 2 millions l’ancien site abandonné de Mandeure. Ce n’est pas moins de 35 millions que l’État, la Région, PMA, etc. mettent sur la table pour le terrain, les voies d’accès, la construction de bâtiments sur le site de Technoland Etupes.

Quant aux 300 ouvriers qui viendront y produire, quelle garantie ont-ils que Faurecia ne continuera pas à supprimer des emplois ? Bien sûr, ils n’en ont aucune, et c’est bien ce qu’ils craignent.

Mais ce n’est pas cela qui peut contrarier le sénateur socialiste, enthousiaste à l’idée de voir pousser une « usine du futur, propre, verte … ». Et en réponse aux rares élus qui dénoncent cette opération prometteuse de bons profits pour Faurecia, et qui n’est pas la première, le président LR de PMA, lui, fait semblant de s’énerver. Pour lui, « on ne donne pas d’argent aux entreprises, on les aide à s’installer. » On les aide même à piller les caisses publiques sans contrôle.

Correspondant LO