Démagogie : le virus de la xénophobie

26 Février 2020

Depuis que le coronavirus s’est propagé jusque dans le nord de l’Italie, et par conséquent aux portes de la France, les réactionnaires des deux côtés y trouvent un aliment pour développer leur propagande chauvine contre les dangers potentiels représentés par « l’étranger. »

Le maire LR de Menton a demandé lundi 24 février « le renforcement des contrôles sanitaires à la frontière, en plus des contrôles d’identité », afin de bloquer le virus. Sans surprise, Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen développent la même position. Éric Ciotti, député LR des Alpes-Maritimes, va plus loin : il se demande si « les flux avec l’Italie doivent être maintenus, compte tenu de la situation » qui règne dans ce pays et réclame du gouvernement un plan d’urgence pour y faire face. Du côté italien, Salvini, le dirigeant de La Ligue, clame : « Maintenant, il faut bloquer les frontières. On l’avait dit quand on demandait des contrôles contre l’entrée des migrants, mais on nous traitait de chacals et de fachos. »

Incompétents, ignorants des véritables moyens de lutte contre une épidémie, ces gens-là en fait ne s’en soucient pas. Mais ils ne peuvent manquer une occasion de spéculer sur l’ignorance et les craintes réelles que peuvent avoir les populations, pour faire parler d’eux et développer leur démagogie xénophobe et raciste.

Marianne LAMIRAL