Qui est privé de vie privée ?

19 Février 2020

La publication sur les réseaux sociaux de la vidéo de Griveaux et sa démission ont suscité une vague d’indignation quasi unanime dans le monde politique et médiatique. Tous ces braves gens ont rivalisé de messages affirmant avoir « mal à la démocratie », condamnant la révélation d’une affaire purement privée, affirmant que, Griveaux n’ayant rien fait d’illégal, les réseaux sociaux ne devaient pas intervenir dans le processus électoral.

Tout ce bruit parce qu’il est arrivé à l’un des leurs la mésaventure de voir un épisode pitoyable de sa vie privée étalé sur le Net. Ce genre de chose arrive pourtant à tout le monde. Qui sait tout de chaque travailleur, jusqu’au moindre centime de son salaire ? À quelle vie privée ont donc droit les chômeurs, les précaires, les migrants ? Qui fiche sans relâche les opposants, les militants, les travailleurs rebelles, écoute leurs conversations téléphoniques ? L’État a-t-il jamais respecté la vie privée des opprimés ?

Pour ne pas avoir mal à leur démocratie, ce genre de commentateurs devrait commencer par ne pas s’asseoir dessus.

P.G.