Airbus – Toulouse : travailleurs attaqués, actionnaires gavés

19 Février 2020

Avec un chiffre d’affaires de 70,5 milliards d’euros, un cash de 12,5 milliards et un bénéfice opérationnel de 6,9 milliards, le groupe Airbus a malgré tout annoncé pour 2019 une perte nette de 1,36 milliard d’euros.

Son explication, entre autres, est que, poursuivi par les justices britannique, française et américaine pour délit de corruption, le groupe a réglé une amende de 3,6 milliards et que, par ailleurs, il a provisionné 1,2 milliard pour l’avion militaire A400M. Mais c’est aux travailleurs qu’il présente la facture.

À Toulouse, la direction veut imposer un plan de compétitivité sur la chaîne des avions A320. L’horaire variable va être supprimé et de nouveaux horaires de travail vont être imposés : en équipe de jour, ce sera des semaines de près de 42 heures de présence ; en équipe de nuit, il y aura des vacations de presque dix heures. Il est question que cette attaque sur les horaires soit généralisée à l’ensemble des chaînes de production mais aussi que la prime d’intéressement soit réduite de 75 % pour l’ensemble du personnel.

Dans la division Aerospace and Space, il est question d’un programme de restructuration destiné à obtenir une rentabilité de 10 %. De nombreux emplois seraient menacés, notamment à Séville, en Espagne. Dans le même temps, les actionnaires vont voir leur dividende augmenté de 9 %. Ils devraient se partager dans les 1,5 milliard. Pour eux, il n’est pas question de perte.

Correspondant LO