Accident de Dudelange : circulez, y’a rien à voir…

19 Février 2020

Trois ans après l’accident ferroviaire de Dudelange, au Luxembourg, qui avait conduit à la mort du conducteur du TER ayant percuté un train de marchandises, la justice luxembourgeoise a requis un non-lieu dans cette affaire. Le seul coupable selon elle serait le conducteur décédé qui n’aurait pas respecté un signal de sécurité.

Sauf que tout accuse les chemins de fer et les États : le signal d’alarme de l’époque, qui aurait dû être remplacé depuis longtemps, n’a pas fonctionné et n’a pas prévenu le conducteur du franchissement du signal de sécurité. Le crocodile (le contact monté sur les rails) n’a pas transmis d’impulsion électrique informant le conducteur qu’il venait d’ignorer le signal.

Le système crocodile de répétition des signaux par contacts fixes de la voie aurait dû être remplacé depuis 2005 par un système plus performant, l’ETCS niveau 1 (European Train Control System), qui n’était pas mis en service sur la ligne Luxembourg-­Thionville. Si tous les trains franchissant la frontière, qu’ils soient luxembourgeois ou français, avaient été équipés de cette technologie, qui peut déclencher un freinage d’urgence si les règles de circulation ne sont pas respectées, il n’y aurait pas eu d’accident.

Le coupable est là, dans une politique d’économies des États qui ont retardé la modification d’un système de sécurité obsolète et qui fonctionnait mal.

Correspondant LO