Lycée Jean-Macé – Rennes : une grève réussie

05 Février 2020

Au lycée Jean-Macé de Rennes, les premières épreuves du baccalauréat commençaient mercredi 29 janvier. Le personnel avait décidé en assemblée générale de se mettre en grève, notamment celle des surveillances.

À 7 h 30, tous se sont retrouvés devant le lycée avec banderoles, slogans et chansons, dont une qui est devenue un tube : « On est là, même si Blanquer ne veut pas (…). Pour un bac égalitaire, des retraites solidaires, nous on est là. » Belle surprise : 54 élèves sur 62 de 1ère technologique, qui devaient composer à 9 heures, ont refusé de le faire, en grève malgré les menaces de la direction de leur mettre un zéro.

Le lendemain jeudi, nouveau piquet de grève encore plus dynamique. Les grévistes ont été rejoints par des lycéens de plus en plus nombreux. Lors d’une assemblée générale commune, ceux qui avaient composé ont fait part de nombreuses irrégularités. Par exemple, dès 9 h 02, les corrigés de l’épreuve étaient disponibles sur les smartphones !

Pour la première fois depuis des années, les lycéens se sont réunis pour discuter de la suite, refusant même l’entrée du proviseur dans la salle. Vendredi 31 janvier, la grève était encore plus massive. L’exigence collective était l’annulation des épreuves, point !

Ce qui a été notable dans ce mouvement et a beaucoup plu à tous est son caractère démocratique, sans blocus, sans violence policière. D’autres lycées de Rennes et d’ailleurs n’ont pas eu cette chance. En trois jours, tous ont beaucoup appris, et notamment que la détermination devait beaucoup au mouvement contre la réforme des retraites.

Correspondant LO