Tromperie aux offres d’emploi

29 Janvier 2020

Près de la moitié des offres d’emploi publiées sur le site de Pôle emploi sont illégales et la plupart du temps mensongères. C’est ce qu’ont constaté pour la troisième année de suite les militants de la CGT chômeurs, en vérifiant au plus près ces offres, à Paris et en Seine-Saint-Denis.

On trouve de tout sur ce site. Certaines annonces ne renvoient à aucun emploi réel ; d’autres promettent un travail à Paris alors que celui-ci se trouve en banlieue ou même à Marseille ; d’autres encore font miroiter un CDI pour attirer des candidats auxquels on ne propose finalement qu’un contrat d’intérim ou un CDD. Une proposition de franchise pour un commerce a même été présentée comme un CDI.

Les chômeurs menacés de radiation subissent une intense pression pour accepter n’importe quel emploi. Leur contrôle a été renforcé, tandis que les conseillers de Pôle emploi n’ont même plus le temps de les écouter pour définir avec eux ce qu’ils pourraient faire. Quant à vérifier la véracité des offres, il n’en est pas question. Ainsi, pendant que les ministres se succèdent pour entonner le couplet du « chômeur qui ne voudrait pas travailler », des plateformes privées ou des employeurs véreux peuvent abuser les chômeurs en toute impunité. Non seulement il n’y a qu’une offre pour neuf demandeurs d’emploi, mais la moitié sont mensongères.

« Il n’y a qu’à traverser la rue pour trouver un emploi », avait osé dire Macron. Dans la réalité, ce serait plutôt : il suffit de cliquer sur le site de Pôle emploi pour avoir une proposition bidon.

Daniel MESCLA