Mahle Behr – Rouffach : en grève contre les licenciements

29 Janvier 2020

Depuis l’annonce de 236 suppressions de postes en octobre, l’ambiance au travail était délétère à l’usine Mahle Behr de Rouffach, dans le Haut-Rhin, qui fabrique des climatiseurs de voiture.

Les salariés attendaient les annonces de la direction, qui sont tombées avec des indemnités de départ bien inférieures à ce qui avait été accordé lors du dernier plan de licenciements. Les syndicats ont organisé des réunions d’information sur les propositions de la direction en disant : « Il faudra bien se couvrir dans les prochains temps, car dehors il fait froid. » Ce qui a été ressenti comme un appel à la grève.

Jeudi 23 janvier, les travailleurs de nuit ont attendu le poste du matin et la grève était partie, l’unanimité se faisant contre les propositions de la direction. Les ateliers se sont mis en grève à 90 %, suivis par le poste d’après-midi. Le vendredi 24, les derniers hésitants ont rejoint les grévistes. Même les chefs ont quitté leurs postes de travail pour rejoindre le gros des troupes, tout le monde sentant bien que ce nouveau plan de licenciements annonce la fin de l’usine, qui emploie encore aujourd’hui près de 600 travailleurs. Seuls les bureaux ne suivent pas la grève.

Les travailleurs, heureux de se voir tous là ensemble, vivent ce début de grève comme des retrouvailles où chacun va à la rencontre des autres pour discuter des problèmes. Il n’y a plus de hiérarchie, tous sentent bien que l’enjeu est commun à tous.

La grève s’installe. Les braseros sont allumés, les barbecues et le chapiteau sont plantés. La musique est là, l’ambiance est joyeuse. « On ne lâchera rien » reste le slogan le plus souvent répété.

Vendredi 24, la direction avait déjà lâché 3 000 euros, qui s’ajoutent aux 17 000 euros de prime de licenciement, et 200 ­euros supplémentaires aux 900 euros de prime par année d’ancienneté, qui s’ajoutent aux indemnités légales. Les grévistes maintiennent leur pression, car ils estiment que ces montants sont largement insuffisants. Mahle n’est pas un artisan dans le malheur : le groupe a réalisé en 2018 un chiffre d’affaires de 12,6 milliards d’euros et exploite 79 000 salariés dans le monde. Mahle doit payer.

Correspondant LO