Limoges : la mobilisation continue

22 Janvier 2020

Vendredi 17 janvier, l’assemblée générale des cheminots tenue sur le parvis de la gare de Limoges a voté la poursuite de la grève jusqu’au mercredi 22, avant de rejoindre en cortège la manifestation interprofessionnelle.

Au même moment, un cortège d’enseignants arrivait. Ils avaient décidé en assemblée générale d’appeler à se retrouver tôt le matin, pour bloquer le rectorat. C’était l’occasion de marquer le coup face à l’enfumage de Blanquer, mais aussi de se retrouver avec d’autres travailleurs venus les soutenir, pour discuter autour d’un café.

Les grévistes d’EDF ont coupé le courant des trolleybus et animé le début de la manifestation en suspendant une banderole aux caténaires. 2 500 manifestants ont fait le tour de la ville. Et on pouvait y entendre : « On tient toujours », « Pour la troisième manifestation de la semaine, c’est quand même pas mal ! »

Les manifestants se sont mélangés et les discussions se sont poursuivies sur les possibilités du mouvement, la nécessité de son extension, les difficultés pour les travailleurs du privé de s’y joindre, alors que pèsent les inquiétudes sur l’emploi et même les menaces de licenciements, comme pour 58 salariés des entrepôts de Coop Atlantique qui vont fermer et 90 de l’entreprise France Confection, placée en liquidation judiciaire.

On y a aussi échangé sur les méfaits de la réforme des retraites, chacun ayant un exemple à raconter dans sa famille, son quartier, son entreprise. Et aussi sur toutes les autres attaques contre les couches populaires, les APL, le livret A et bien d’autres.

Les travailleurs de la petite enfance ont eux aussi manifesté dans la semaine contre une loi qui va détériorer leurs conditions de travail et les conditions de vie des enfants.

Les manifestations se poursuivent : trois sont annoncées cette semaine. La colère n’est pas près de retomber.

Correspondant LO