Grand débat : les cahiers de doléances aux oubliettes

22 Janvier 2020

Il y a un an, pour tenter de mettre fin à la mobilisation des gilets jaunes, Macron commençait sa tournée de mairies dans le cadre du Grand débat. Les réunions interminables qu’il a tenues dans différents lieux étaient censées répondre aux critiques de sa politique exprimées par les habitants.

Il avait par ailleurs promis de rassembler tous les cahiers de doléances déposés dans les mairies, de les numériser et ensuite de les rendre publics, afin que chacun puisse les consulter. Les restituer « répondait à un immense besoin de justice et d’équité », avait déclamé Édouard Philippe au printemps dernier.

Un an plus tard, que sont devenus ces cahiers ? S’ils ont bien été numérisés, l’État ne les a jamais publiés. Une première explication, donnée par le ministre chargé des Collectivités territoriales, a été que « les héberger en permanence sur le site [du gouvernement] aurait été trop lourd », suivie d’une seconde : cela aurait coûté trop cher. Si mettre un demi-million dans l’achat d’une nouvelle vaisselle pour les dîners à l’Élysée était une dépense justifiée pour Macron et ses comparses, prélever quelques millions du budget pour informer l’ensemble de la population, voilà qui est hors de prix !

En attendant, les quelque 16 000 cahiers de doléances sont répartis entre 101 Archives départementales. Si, en 2120, un historien décide de se pencher sur l’état de l’opinion française sous la présidence de Macron, il aura de la matière et pourra s’apprêter à visiter du pays. À condition toutefois que le nom de Macron parle encore à quelqu’un dans un siècle...

Marianne LAMIRAL