Safran Villaroche : avec les cheminots devant l’usine

15 Janvier 2020

Mercredi 8 janvier, une vingtaine de cheminots grévistes de Melun et Villeneuve-Saint-Georges, accompagnés de quelques enseignants, sont venus s’adresser aux travailleurs de Safran à Villaroche, en Seine-et-Marne.

À l’appel de la CGT, ces derniers étaient aussi une vingtaine devant les portes de l’atelier principal de l’usine, et c’est donc un groupe dynamique d’une cinquantaine de travailleurs avec banderoles, tracts et sono qui a interpellé quelque 600 salariés au moment du changement d’équipe.

L’avant-veille, des militantes de l’usine étaient allées à l’assemblée des cheminots de Melun pour y affirmer que la lutte pour les retraites est le combat du monde du travail dans son ensemble. Elles ont reçu un accueil chaleureux. C’est là que accompagnées d’un autre militant syndical de l’usine, elles se sont entendues avec les grévistes de la SNCF pour se retrouver devant Safran.

Ce groupe phare du CAC 40 se vante de battre des records : après les presque 2 milliards de profit de 2018, c’est 3 milliards qui sont annoncés pour 2019. Et Philippe et Macron affirment qu’il n’y a pas de quoi payer les retraites !

Cette action a créé des liens entre cheminots en grève et militants de l’usine et a entretenu le moral dans les deux secteurs. Si, comme dans la plupart des entreprises du privé, ceux de Safran étaient une minorité à manifester jeudi 9, la quarantaine de salariés de l’usine a fièrement défilé derrière leur banderole, retrouvant les cheminots et tous les autres manifestants en lutte.

Correspondant LO