Pas d’école neuve pour les enfants du quartier Ruffi

27 Novembre 2019

Le quartier pauvre de la rue de Ruffi, dans le 3e arrondissement de Marseille, est un des secteurs du très vaste ensemble du projet immobilier de construction Euroméditerranée.

Depuis 2004, les habitants des cités ont dû amener leurs enfants dans l’école en préfabriqué de la rue de Ruffi. Cela devait être du provisoire, mais cela dure et devra durer. Les parents d’élèves ont manifesté lors du conseil municipal du lundi 25 novembre. Réponse du maire Jean-Claude Gaudin : « Ce sera un projet pour la prochaine mandature. »

Tout à côté de la vieille école se construit la nouvelle école, qui comportera huit classes de maternelle et douze classes pour l’école élémentaire. Cela aurait dû réjouir les habitants, qui pensaient qu’enfin leurs enfants allaient quitter les préfabriqués, brûlants en été et glacés en hiver. Ils ne risqueraient plus de recevoir le plafond sur la tête, comme ce fut le cas dans une classe. Ils seraient enfin dans des locaux neufs répondant aux normes élémentaires de confort et de sécurité ! Mais non, cette nouvelle école sera destinée en priorité aux enfants des futurs habitants du nouveau quartier qui continue de se construire. À part quelques rares places, les enfants dont les parents sont logés dans les anciennes maisons continueront à fréquenter les préfabriqués de la vieille école.

Déjà de nombreux appartements neufs sont occupés. Destinés à une population aisée, ces logements sont beaucoup plus confortables et dûment protégés de l’extérieur. Les entrées sont dotées de caméras et de doubles portes formant sas.

Compte tenu du remplissage incomplet des nouveaux immeubles, l’école neuve devrait rester en partie vide, pendant que les enfants du quartier se presseront dans la vieille école. Pour ne pas laisser le moindre doute, l’école a changé de nom ; elle ne s’appellera plus école Ruffi, mais école Antoine-de-Ruffi. Tout est dans la particule.

Correspondant LO