Guadeloupe : nouvelle manifestation contre un patron revanchard

27 Novembre 2019

Vendredi 22 novembre avait lieu un nouveau procès contre notre camarade Jean-Marie Nomertin, porte-parole de Combat ouvrier et secrétaire général de la CGTG.

Il était accusé une nouvelle fois de diffamation par le gros planteur Tino Dambas qui prétendait avoir été qualifié « d’esclavagiste noir » par J.-M. Nomertin.

Ce patron avait aussi assigné maître Roland Ezelin, l’avocat de notre camarade, et Delphine Ernotte, directrice de France télévision, car les propos incriminés auraient été tenus sur les antennes de Guadeloupe première. L’audience a été renvoyée au 14 février prochain car l’avocat du patron était malade.

Plus de 100 personnes, dont une grande majorité de travailleurs agricoles de la banane, étaient présentes. Un meeting s’est tenu devant le palais de justice de Basse-Terre durant près de deux heures. Les travailleurs ont encore dénoncé l’attitude de Tino Dambas sur la plantation : licenciements après la grève de 2017, non-respect du paiement des heures supplémentaires, ni du 1er mai ni du 27 mai et autres jours fériés.

Tous se sont ensuite rendus en cortège au siège de la communauté de communes du Sud Basse-Terre. Là ils ont dénoncé les coupures d’eau, la mauvaise qualité de l’eau dite potable, les factures exorbitantes, la pression des huissiers, pour une eau manquante ou malsaine au robinet.

Des appels ont été lancés pour être plus nombreux le 14 février prochain au tribunal de Basse-Terre. Lors de sa première comparution en diffamation, J.-M. Nomertin avait été relaxé en appel et ce même patron débouté. Tous lui souhaitent une deuxième défaite en justice.

Pierre JEAN-CHRISTOPHE