RATP – bus : soutien aux délégués menacés

13 Novembre 2019

Des délégués des dépôts de bus RATP de Belliard, Asnières et Flandres sont menacés de sanctions, suite à un contrôle qu’ils ont effectué sur des bus sortant d’un dépôt, pour vérifier leur conformité et leur bon état.

Mardi 12, c’était le tour du délégué de Flandres, ­Ahmed, d’être convoqué à un entretien pour une sanction disciplinaire pouvant aller jusqu’au licenciement. De très nombreux militants et travailleurs de la RATP et du dépôt s’étaient mobilisés, dès 5 heures du matin. La CGT était présente, mais aussi SUD, l’UNSA, le SAT et RS.

Des prises de parole dynamiques et combatives ont eu lieu pour soutenir le camarade convoqué. Tous ont dénoncé la direction et sa politique très répressive. Pour elle, le travailleur n’a rien à dire : il faut rouler, rouler, rouler. Cela même si le moteur fume, même s’il n’y a pas de radio, si un feu stop sur deux fonctionne, etc. Et quand des délégués syndicaux interviennent, elle s’en prend à eux parce qu’elle ne supporte pas que des travailleurs contrôlent ce qu’elle fait et surtout ne fait pas. C’est le même aveuglement irresponsable dans la course aux réductions d’effectifs et des coûts qui a par exemple conduit la SNCF à autant de pannes et d’accidents.

La plupart des intervenants ont aussi insisté sur la nécessité de se préparer pour le 5 décembre, journée de début de la grève illimitée à laquelle appellent l’ensemble des syndicats, contre la réforme de la retraite de Macron.

Notre camarade Nathalie Arthaud, qui avait été invitée à prendre la parole, a expliqué que ces attaques contre des délégués sont bien sûr des tentatives de la direction visant à intimider tous les travailleurs. Et elle a dit son admiration pour le mouvement du 13 septembre dernier, grève massive à la RATP qui a contribué à redonner du courage à bien des travailleurs pour relever la tête.

Ahmed a été accompagné à son entretien par les présents, pour exprimer leur soutien à quelqu’un de très apprécié dans le dépôt, mais aussi pour montrer à la direction qu’ils ont bien compris que tous sont attaqués.

Correspondant LO