Marseille : rue d’Aubagne, un an après, toujours sans toit

06 Novembre 2019

Un an après la mort de huit personnes dans l’effondrement de deux immeubles aux numéros 63 et 65 de la rue d’Aubagne et la destruction de l’immeuble voisin menacé, la situation ne s’est pas améliorée à Marseille.

Si l’incurie, le laisser-aller de la municipalité sont les responsables de cette catastrophe, beaucoup y voient une politique délibérée afin de récupérer des secteurs du centre-ville pour des promoteurs immobiliers.

Vétustes, non entretenus, laissés à l’abandon, le centre-ville ainsi que des quartiers anciens comme la Belle-de-Mai, Saint-Mauront, ou des cités datant des années soixante, comme Corot, Bellevue, La Maurelette, Les Rosiers, Airbel, se dégradent. Leurs habitants attendent toujours les travaux nécessaires.

Bon nombre des « délogés » des mois derniers attendent aussi. Après l’effondrement de la rue d’Aubagne, 3 200 habitants de 370 immeubles signalés en état de péril grave et imminent ont été sommés de quitter de toute urgence leur domicile. Après des mois d’exil chez des amis, dans la famille ou à l’hôtel, certains, 90 % selon la mairie, sont désormais relogés. Mais, locataires ou propriétaires occupants, ils sont confrontés à de multiples problèmes non résolus, tels que le paiement des factures de l’hôtel ou bien de l’eau, celui des crédits en cours pour des logements qu’ils n’ont pu occuper. Mais ils sont aussi face au paiement de travaux inabordables pour des propriétaires occupants aux ressources limitées.

D’autres, locataires, se heurtent quant à eux à l’absentéisme de leurs propriétaires, plus aptes à récolter les loyers et surtout les allocations de la CAF qu’à engager les travaux indispensables. Quelques élus à la municipalité, à la Métropole, au conseil régional ou au conseil départemental font partie des propriétaires peu préoccupés de l’état des immeubles. Même si bien souvent les appartements n’y sont pas des taudis, les fondations comme les structures, elles, sont dégradées. La ville elle-même serait propriétaire de 68 immeubles dégradés en plein centre.

Des associations se sont regroupées dans le Collectif du 5 novembre, qui essaie de venir en aide aux « délogés » et qui a mis au point une charte précisant toutes les obligations des instances publiques, qui l’ont signée mais qui tardent à les appliquer.

Lors des procédures en cours, bien loin d’être achevées, un expert et un architecte ont témoigné qu’ils avaient alerté la ville. L’un l’avait fait des mois, l’autre quelques jours avant l’effondrement, sur la dangerosité des bâtiments de la rue d’Aubagne et la nécessité d’évacuer des habitants en attendant des travaux de confortement. D’ailleurs, à plusieurs reprises avant la catastrophe, des locataires avaient alerté sur des fissures ou des mouvements inquiétants, sans que les propriétaires, les syndics ou la mairie se manifestent.

L’État a promis 240 millions d’euros sur dix ans pour la rénovation des logements. Ces promesses sont très insuffisantes car, sur Marseille, ce sont plus de 40 000 logements qui sont insalubres ou dangereux. Une grande partie de la population est pauvre, voire très pauvre, sans même parler de tous ceux qui sont à la rue.

C’est en fait une politique générale de rénovation et de construction de logements pour tous qui est indispensable. Ce n’est pas dans cette direction que s’oriente le maire Jean-Claude Gaudin. Interviewé, il a tenté de se dédouaner en disant que la ville en fait déjà beaucoup, mais il a surtout lancé de vastes programmes de constructions destinées à des acheteurs aisés, très appréciés d’Eiffage, Bouygues et autres. La reconstruction du stade Vélodrome et la multiplication des centres commerciaux qu’affectionnent la mairie et les promoteurs ont aussi englouti une bonne part du budget municipal.

Correspondant LO