Ondulys – Saint-Quentin : la ministre approuve un licenciement

09 Octobre 2019

La direction de l’entreprise Ondulys, une cartonnerie située à Saint-Quentin dans l’Aisne, a décidé de se débarrasser de la CGT et a obtenu l’aide du ministre du Travail.

L’activité syndicale a commencé en 2017, alors que les salariés n’acceptaient pas de rayer d’un trait de plume des heures supplémentaires accumulées dans un compte. Depuis la création du syndicat, la direction veut la peau de ceux qui font le choix de se syndiquer et de la représentante syndicale.

Cette société de 170 salariés fait partie de VPK Group, qui a 65 sites et environ 6 000 salariés. C’est une société en plein développement. Manifestement, la direction du site de Saint-Quentin ne veut pas être contestée. Elle a licencié sous divers prétextes plusieurs syndiqués, alors qu’elle annonce des embauches. Elle a aussi lancé une procédure de licenciement contre la déléguée syndicale, en décembre 2018. Cette salariée étant protégée, la direction a besoin de l’accord de l’inspection du travail, qui s’est prononcée à trois reprises contre le licenciement. La direction a alors fait appel au ministère, qui vient de lui accorder ce qu’elle demande.

Le patron sait qu’il peut compter sur le gouvernement pour combattre ceux qui défendent les intérêts des travailleurs face à ceux des patrons.

Correspondant LO