Enseignement : les raisons de la colère

09 Octobre 2019

Le suicide de Christine Renon, directrice d’école à Pantin, a déclenché une vague de colère parmi les enseignants et aussi parmi les parents.

Dès le 26 septembre, les parents d’élèves de l’école ont écrit au ministre Blanquer pour l’interpeller sur le « cri d’alerte » de la directrice, affirmer leur détermination « à poursuivre les combats de Christine Renon » et lui demander des comptes sur le sous-effectif et le manque de formation du personnel d’animation et d’éducation, dénoncés dans la lettre.

Le 1er octobre, une pétition syndicale d’hommage à Christine Renon, dénonçant les conditions de travail des enseignants, a recueilli près de 120 000 signatures en cinq jours. Jeudi 3 octobre, jour des obsèques de Christine Renon, partout en France des milliers de professeurs d’école, de collège et de lycée ont fait grève et se sont rassemblés devant les rectorats ou inspections d’académie, avec prises de parole combatives relayées par la presse. Le même jour, des directeurs d’école de Pantin ont bravé leur devoir de réserve et publié une tribune dénonçant leurs conditions de travail.

Tous dénoncent l’épuisement professionnel des enseignants qui, seuls face à des classes toujours plus surchargées, sont censés pallier le manque d’infirmiers, de médecins scolaires et d’assistants sociaux. Ils dénoncent aussi leur sentiment d’impuissance face aux situations parfois tragiques des élèves, liées au pourrissement de cette société en crise. Certaines prises de parole, comme à Cahors, ont élargi le problème du sous-effectif à celui des hôpitaux, des Ehpad, des crèches, des pompiers, rappelant la destruction de centaines de milliers de postes de fonctionnaires par les gouvernements successifs.

Face à l’expression de cette colère, le ministre de l’Éducation nationale et le recteur de Créteil ont fini par sortir de leur silence. Le premier, en essayant de cantonner le problème à celui du statut des directeurs d’école, dont il s’est dit « prêt à discuter ». Le second, en adressant aux enseignants de l’académie de Créteil un mail écrit dans la langue de bois habituelle : « La mission qui est la nôtre, transmettre des savoirs et des valeurs, est la plus grande des missions républicaines. À ce titre, la nation vous doit protection et soutien. » Ces mots, perçus comme une hypocrisie supplémentaire, n’ont fait que raviver l’exaspération !

Julie LEMÉE