Rennes : soutien aux migrants

02 Octobre 2019

Samedi 28 septembre, plus de 400 personnes ont manifesté pour exiger qu’une solution d’hébergement soit trouvée pour 350 migrants qui ont été contraints de camper cet été dans un parc de la ville de Rennes.

Depuis la mi-septembre, la moitié d’entre eux se sont installés dans un bâtiment industriel inoccupé, pour pouvoir au moins dormir au sec. Cet entrepôt est vide depuis des années et n’est pas adapté pour héberger des personnes. Mais, comme le disent certains, « ici, il y a l’eau, l’électricité et du chauffage, de quoi affronter la pluie et le froid qui vont arriver avec l’hiver ».

Pour ceux qui restaient au campement du parc des Gayeulles, dont une quarantaine d’enfants, les conditions de vie n’étaient pas tenables, avec la pluie, le froid, le manque d’équipements sanitaires.

Dimanche 29 septembre, certains ont trouvé refuge dans un gymnase. Dès le lendemain, ils ont été expulsés par la police, la mairie ayant porté plainte pour intrusion. Ils sont donc retournés au campement dans la boue et le froid.

Ensuite, la mairie a annoncé qu’elle mettait un centre de loisirs à disposition des familles avec enfants et que, avec la promesse de la préfecture de prendre en charge les migrants relevant du droit d’asile et les personnes vulnérables, « le campement des Gayeulles devrait rapidement fermer ».

La réalité est tout autre. La préfecture se préoccupe surtout de contrôler tous les migrants, pour voir si elle ne peut pas en expulser quelques-uns, plutôt que de fournir les hébergements indispensables.

La mobilisation des migrants et de leurs soutiens continue donc, pour obtenir une solution digne et pérenne.

Correspondant LO