Mulhouse : non-assistance !

02 Octobre 2019

Le parquet de Mulhouse a ouvert le 20 septembre une information judiciaire pour non-assistance à personne en danger par personne morale contre le groupement hospitalier régional Mulhouse-Sud-Alsace, et pour non-assistance à personne en danger contre X, suite au décès d’une femme de soixante ans retrouvée morte chez elle le 13 juin. Dix jours plus tôt, le Samu avait été appelé, l’appel pris en compte, mais aucune ambulance n’était venue la chercher.

On ne sait donc pas encore pourquoi cette femme qui souffrait de douleurs cardiaques n’a pas pu être secourue. Mais une chose est certaine : le manque d’effectif fait courir des risques aux malades et épuise le personnel hospitalier. Les Urgences de l’hôpital de Mulhouse sont en grève depuis des mois, comme des centaines d’autres services d’urgence, précisément pour dénoncer cela.

« On travaille dans une tension extrême », déclarait dernièrement une infirmière. « Dans le service, il ne reste plus que sept médecins titulaires, alors qu’ils étaient 25 il y a encore quelques mois », ajoutait une de ses collègues. Parmi les 260 services d’urgence actuellement en grève, celui de l’hôpital de Mulhouse est l’un des plus débordés, au point que de nombreux médecins urgentistes le quittent devant l’impossibilité de faire leur travail correctement. Début septembre, une urgentiste de l’hôpital de Mulhouse expliquait sur France 3 Alsace les raisons qui l’avaient poussée à démissionner après moins d’un an d’activité. « Je suis épuisée et apeurée par ce qui risque d’arriver », disait-elle. Et d’ajouter : « On fonctionne sur vingt-quatre heures. En général, on prend notre poste à 8 h 30 jusqu’au lendemain matin 8 h 30. Ou on peut également travailler en deux équipes par jour. » Cette urgentiste concluait ainsi : « Aujourd’hui on met en danger la vie de nos patients parce qu’on n’est plus assez nombreux pour les prendre en charge correctement et le risque est qu’il y en ait qui décèdent par manque de personnel, médical ou paramédical. »

Le personnel des Urgences et du Samu a mille fois raison de continuer à s’opposer à la politique du gouvernement qui refuse de débloquer les moyens humains et matériels nécessaires pour remédier au problème.

Aline RETESSE