Droite : dure semaine

02 Octobre 2019

Ce n’est pas facile tous les jours de porter les couleurs de la droite. À peine revenus de l’enterrement de Chirac, Balladur, Léotard et Sarkozy ont reçu chacun leur petite convocation.

Les deux premiers devront s’expliquer sur l’affaire des commissions touchées lors de ventes de sous-marins au Pakistan, en 1995. Vingt-cinq ans après, on va peut-être connaître le fin mot de cette sombre histoire de pots de vins et d’assassinats qui a concerné tout de même un Premier ministre, son ministre de la Défense et un, voire deux présidents de la République.

Pour Sarkozy, l’affaire est beaucoup moins tortueuse et beaucoup plus classique. Il a explosé le financement de sa campagne présidentielle de 2012 en usant de fausses factures pharaoniques de la société Bygmalion, par ailleurs détenue par un ami, et en tentant évidemment de faire payer la note sur les deniers publics.

Démoralisés comme ils sont, les trois larrons prennent des cours accélérés de belote, pour le cas où ils rejoindraient Balkany à la Santé. Mais gare à la triche !

P G.