Condamnation de Louisa Hanoune : un règlement de comptes politique

02 Octobre 2019

Lutte ouvrière tient à affirmer son opposition à la condamnation qui vient de frapper Louisa Hanoune, dirigeante du Parti des travailleurs d’Algérie. La peine de quinze ans de prison ferme a été prononcée après un procès expéditif tenu à huis clos par le tribunal militaire, pour « atteinte à l’autorité de l’armée » et « complot contre la sûreté de l’État », pour la simple raison qu’elle a participé à une rencontre avec d’autres hommes politiques ou des militaires poursuivis par l’actuel pouvoir algérien. Elle apparaît sans aucun fondement. Sous la pression du mouvement populaire, le dirigeant de l’armée veut donner l’illusion qu’il met fin à la corruption dans l’appareil d’État, et en même temps il procède à des règlements de comptes politiques. En y mêlant abusivement Louisa Hanoune, dirigeante d’un parti qui se réclame des travailleurs, il veut aussi montrer qu’il s’en prend à toutes les tendances.

Tout en désapprouvant la politique menée par le Parti des travailleurs d’Algérie, et notamment ses compromissions politiques avec le régime d’Abdelaziz Bouteflika et avec certains clans qui cherchaient à en prendre le relais, Lutte ouvrière dénonce cet amalgame et affirme que cette condamnation n’a pas lieu d’être.

Le 26 septembre 2019