Clinique Ambroise Paré – Toulouse : grève pour des moyens

02 Octobre 2019

Depuis vendredi 27 septembre les salariés de la clinique Ambroise Paré de Toulouse sont en grève, tous services confondus. Ils réclament l’arrêt des restructurations et des suppressions de postes, le remplacement du personnel absent, des plannings corrects et une revalorisation salariale.

Des sages-femmes aux brancardiers, le mécontentement est général : quatre restructurations en trois ans, des plannings qui changent sans arrêt sans prévenir le personnel, des changements de poste le jour même. À partir du 1er novembre, les ASH (agents de service hospitalier) devront assurer aussi la distribution des repas, sans renfort. En cas de refus, trois postes seront supprimés. Quant aux salaires de tous, ils sont au ras des pâquerettes, avec cette année une prime de participation de... 2,20 euros ! Comme disent les grévistes, ils osent tout.

La direction a refusé un service minimum et a assigné tout le personnel, avec l’accord du préfet. Ce qui n’a pas découragé les grévistes, qui viennent sur leurs repos manifester en nombre devant l’entrée, soutenus par les nombreux gestes de sympathie de tous ceux qui passent devant la clinique. Aussi l’accréditation (procédure d’évaluation par la Haute autorité de santé), qui devait avoir lieu mardi 1er octobre, a été reportée.

La clinique, qui pratique de nombreux dépassements d’honoraires, appartient au groupe Elsan, deuxième groupe de cliniques privées en France, avec 120 établissements de santé. Il a largement les moyens de satisfaire les revendications des salariés !

Correspondant LO