Inspection du Travail : justice pour Laura Pfeiffer !

18 Septembre 2019

Jeudi 12 septembre, plus de 300 manifestants, en grande partie des inspecteurs et contrôleurs du travail en grève nationale mais aussi de nombreux militants ouvriers de la région, se sont rassemblés devant la cour d’appel de Lyon pour soutenir leur collègue Laura Pfeiffer.

L’affaire a débuté en 2013, quand cette inspectrice était intervenue sur des infractions à la législation du travail à l’usine Tefal de Rumilly en Haute-Savoie.

La direction de l’usine, en lien avec le directeur départemental du travail, tenta alors de la faire taire. Un informaticien de l’entreprise, témoin de la machination, révéla à l’inspectrice des courriels compromettants pour tout ce petit monde. Laura Pfeiffer alerta alors le Conseil national de l’inspection du travail ainsi que les syndicats du ministère du Travail et le scandale fut rendu public. Mais les seuls qui se retrouvèrent poursuivis et condamnés furent l’informaticien lanceur d’alerte et l’inspectrice, en correctionnelle en 2015 à Annecy et en appel en 2016 à Chambéry. Les motifs retenus contre le technicien étaient : « Intrusion dans un système informatisé, atteinte au secret des correspondances » ; et contre l’inspectrice : « Violation du secret professionnel et recel d’atteinte au secret des correspondances ».

Mais, en octobre 2018, la Cour de cassation a infirmé l’arrêt rendu contre l’inspectrice, au motif qu’il écartait l’application du statut de « lanceur d’alerte », ce qui explique le nouveau procès devant la cour d’appel de Lyon. Au cours de l’audience du jeudi 12, l’avocat général, sans surprise, s’est acharné à dénier ce statut à Laura Pfeiffer.

Le jugement sera connu le 24 octobre prochain.

Correspondant LO