Grenoble : des papiers pour les jeunes migrants !

18 Septembre 2019

C’est ce qu’ont réclamé plus de 500 personnes, dont plusieurs dizaines de jeunes migrants, en manifestant dans les rues de Grenoble mercredi 11 septembre.

Ces jeunes, hébergés et accompagnés jusque-là par le service de l’Aide sociale à l’enfance du conseil départemental, perdent leur droit au séjour en devenant majeurs, si la préfecture ne leur délivre pas un titre de séjour. Quand c’est le cas, le département leur refuse alors le bénéfice du contrat jeune majeur, leur permettant de terminer leurs études et de régler leur situation administrative. 70 jeunes au moins sont dans cette situation depuis le mois d’août selon les associations.

Du coup, ils perdent tout droit au travail, à une formation en alternance et à un hébergement, et vivent avec une menace constante de reconduite à la frontière. D’autres jeunes, mineurs encore, seront menacés de la même chose dès leur majorité.

En tête de cortège, ces jeunes migrants scandaient : « Droit à la formation », « Droit au logement », « Non aux expulsions », « Égaux, égales, personne n’est illégal ». Derrière eux marchaient des salariés d’un des services qui les accompagnent, en grève pour dénoncer le mépris des autorités pour ces jeunes et pour les travailleurs sociaux qui assurent leur suivi au mieux, malgré des moyens de plus en plus réduits.

La manifestation, très dynamique, s’est arrêtée devant la préfecture puis devant le conseil départemental. Des jeunes migrants ont témoigné, émus et en colère, de leur situation intenable, expliquant qu’ils voulaient seulement se former et gagner leur pain. Un professeur a également expliqué qu’il s’était rendu compte en distribuant le matériel de début d’année que la moitié de ses élèves était à la rue.

Alors assez de cette politique migratoire de rejet !

Correspondant LO