SKF – Saint-Cyr-sur-Loire : à qui profite la robotisation ?

11 Septembre 2019

« SKF nous apporte la preuve que l’on peut remplacer des hommes par des robots pour gagner des parts de marché, tout en confortant les emplois » : voilà ce qu’a prétendu la secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, lors d’une visite jeudi 5 septembre à l’usine SKF de Saint-Cyr-sur-Loire, en Indre-et-Loire.

Le problème, c’est que ce n’est pas vrai. Dans ce monde capitaliste, les robots, tout comme l’informatisation des postes de travail, servent à diminuer les coûts de production et ils entraînent des suppressions d’emplois, à SKF comme ailleurs.

L’objectif des patrons est de gagner des parts de marché. Les activités nouvelles à l’usine de Saint-Cyr-sur-Loire ont généré très peu de nouveaux emplois. En effet d’autres sites de production, à Saumur, Dunkerque ou Montigny, ont été totalement ou partiellement fermés, pendant que leur activité était déplacée vers l’usine SKF d’Indre-et-Loire. En réalité, ce sont principalement des mutations qui ont eu lieu. La modernisation de l’usine ne garantit en rien la pérennisation des emplois, car c’est le profit des actionnaires qui compte.

Pour que l’automatisation et l’informatisation soient au service des hommes et ne nuisent pas aux travailleurs, il faudra que ceux-ci décident, et non les patrons, et qu’ils imposent une répartition du travail entre tous sans perte de salaire.

Correspondant LO