Le mécontentement est Collectif

11 Septembre 2019

Lors de l’assemblée du Collectif inter-urgences, le 10 septembre, 200 à 250 personnes venant de tout le pays ont procédé à un état des lieux. Des hospitaliers des Urgences de différents hôpitaux de différentes régions ont exprimé leur mécontentement.

En Ille-et-Vilaine, en région PACA, Pays de la Loire, Bretagne, dans le Grand-Est ou dans les Hauts-de-France, les dernières annonces de la ministre Agnès Buzyn ne passent pas. Certains faisaient part des difficultés à mobiliser leurs collègues, mais d’autres ont salué l’existence du mouvement, qui redonnait le moral et montrait que la lutte avait déjà partiellement payé. Entre autres, la prime de 100 euros net par mois accordée en juillet au personnel des Urgences lui est due.

Dans la discussion, plusieurs militants du mouvement ont affirmé la nécessité de s’adresser au personnel des autres services. De même, ils ont souligné qu’un mouvement général de tous les hôpitaux, soutenu par la population, est indispensable.

En effet le gouvernement ne lâche toujours rien sur le fond : personne n’était dupe des 750 millions d’euros promis par Buzyn, car tous avaient compris qu’ils ne font nullement partie d’un budget supplémentaire.

C’est dire, comme l’exprimaient clairement les présents, à quel point Buzyn n’en a pas fini avec le personnel des hôpitaux.

Correspondant LO