Août 1939 : signature du pacte germano-soviétique

11 Septembre 2019

Le 23 août 1939, sous l’œil de Staline, Molotov, le ministre soviétique des Affaires étrangères, signait avec son homologue allemand von Ribbentrop le pacte germano-soviétique. Cet accord de non-agression entre la dictature nazie et la bureaucratie soviétique était une nouvelle trahison du prolétariat international à la veille de la généralisation de la guerre.

En août 1939, la guerre avait déjà commencé, et pas seulement en Asie, où le Japon poursuivait sa conquête de la Chine. En Europe, Hitler avait annexé l’Autriche et la Tchécoslovaquie, avec l’aval des autres puissances européennes qui avaient signé avec lui les accords de Munich. Hitler s’apprêtait à lancer ses troupes contre la Pologne.

Ce fut la stupeur, et pas seulement dans les chancelleries occidentales, lorsque le 24 août le monde apprit cette alliance entre l’URSS des bureaucrates et l’Allemagne nazie que Staline prétendait combattre. Avec son cynisme coutumier, celui-ci porta un toast à Hitler : « Je sais l’amour que porte à son führer la nation allemande. Je bois à sa santé. » Plutôt que de lier son sort aux puissances colonialistes d’Europe occidentale, qui en cas d’attaque de l’Allemagne ne lui auraient offert tout au plus qu’une aide, Staline choisissait de s’allier à l’impérialisme allemand, même dirigé par les nazis menaçants, dans l’espoir de rester hors du conflit.

Le pacte était censé interdire pour dix ans toute action agressive contre l’un des co-signataires. Des clauses commerciales permettaient à l’Allemagne d’obtenir certaines matières premières (cuivre, pétrole) indispensables pour préparer la guerre. Ces fournitures continuèrent jusqu’en juin 1941, à la veille de l’offensive allemande contre l’URSS.

En signant un accord avec Staline, Hitler s’assurait que l’Allemagne n’aurait pas à se battre directement sur deux fronts comme lors de la Première Guerre mondiale. Quant à la bureaucratie soviétique, pour prix de sa dernière ignominie, des clauses secrètes lui assuraient de recevoir une part de la Pologne. Son armée en envahit la partie orientale quinze jours après l’attaque d’Hitler à l’ouest. Puis Staline, avec la complicité d’Hitler, allait s’attaquer à la Finlande et annexer les pays Baltes.

L’accord comprenait aussi la coopération entre les polices politiques des deux pays, la Gestapo et le NKVD. En plus d’une lutte commune contre toute résistance en Pologne, il prévoyait l’échange de prisonniers entre geôliers : des antifascistes allemands réfugiés en URSS seraient renvoyés à leurs bourreaux, en échange d’opposants au régime de Staline arrêtés en Allemagne.

À la veille de la guerre, l’URSS était affaiblie. Staline avait fait exterminer à travers les grandes purges de nombreux cadres de l’Armée rouge et déporté plus de 30 000 d’entre eux, accusés d’être des agents d’Hitler. Après l’arrivée d’Hitler au pouvoir en 1933, il avait d’abord tenté d’établir des liens avec le régime nazi, sans succès. Il avait cherché ensuite des alliés du côté d’autres États occidentaux, les présentant comme des démocraties avec lesquelles l’URSS pouvait s’allier contre le fascisme. Ainsi, dès 1935, fut signé l’accord Laval-Staline, un soutien à la politique de réarmement de l’impérialisme français par l’Union soviétique et par le PCF.

À aucun moment les bureaucrates ne considérèrent que le développement de perspectives révolutionnaires pouvait être une issue pour l’URSS. Pourtant, au cours des années 1930, les travailleurs montrèrent leur combativité, parfois révolutionnaire comme en Espagne après la tentative de coup d’État de Franco. Au contraire, les partis communistes cornaqués par la bureaucratie soviétique orientèrent les luttes dans des impasses politiques.

Les accords de Munich, en novembre 1938, avaient montré ce que pouvaient valoir des traités d’alliance, la France et la Grande-Bretagne acceptant de voir un de leurs alliés (la Tchécoslovaquie) dépecé à la demande d’Hitler. C’était la méthode des dirigeants des impérialismes repus pour lui indiquer qu’il avait les mains libres pour orienter ses conquêtes vers l’est.

En signant un accord avec Hitler, Staline pensait sans doute leur rendre la monnaie de leur pièce. Ce calcul ne négligeait qu’une chose : comment pouvait le comprendre le mouvement ouvrier international, et en particulier les communistes qui croupissaient dans les camps de concentration en Allemagne ?

Dans le monde entier, les travailleurs conscients qui se sentaient encore solidaires de l’URSS et du mouvement communiste furent décontenancés par ce cynisme et se sentirent abandonnés face au danger de guerre mondiale.

En France, ce fut la stupeur et l’effarement dans les rangs du PCF. Quant à sa direction, prise au dépourvu, elle tenta de rassurer la bourgeoisie française alors que le parti se trouvait dans la situation de défendre la politique extérieure de l’URSS opposée à celle de son propre impérialisme. L’Humanité du 25 août proclama ainsi que les militants du PCF étaient prêts « à remplir leur devoir de Français dans le cadre des engagements contractés par leur pays ». Cet alignement derrière son propre impérialisme, confirmé par le vote des crédits de guerre le 2 septembre 1939, alors que la presse communiste était déjà interdite, ne suffit pas à sauver l’appareil. Le PCF fut dissous fin septembre par le gouvernement.

Même du point de vue de la bureaucratie à la tête de l’URSS, le pacte germano-soviétique était en réalité un traité de dupes. Hitler en parlait lui-même comme d’un chiffon de papier. Le répit servit surtout à lui faciliter ses brigandages à l’ouest de l’Europe. En faisant de l’URSS un voisin immédiat, le partage de la Pologne facilitait les préparatifs d’invasion par l’Allemagne. Comme l’écrivait Trotsky en juin 1940 à propos d’Hitler, « ses victoires à l’ouest ne sont qu’une gigantesque préparation pour un gigantesque mouvement vers l’est ».

L’accord avec Hitler affaiblissait encore plus l’URSS. L’État ouvrier issu de la révolution d’Octobre ébranlait ce qui lui restait de sympathies dans le prolétariat international, à la veille d’une guerre inévitable avec l’impérialisme. Le traité germano-soviétique résumait le degré de dégénérescence des dirigeants staliniens, prêts à liquider toute apparence de politique révolutionnaire et à donner l’accolade à un Hitler, bourreau du mouvement ouvrier allemand, pour tenter de sauver leur propre peau. Il n’allait pas empêcher Hitler de déclencher la guerre contre l’URSS en juin 1941.

Gilles BOTI