Transports urbains Moulins : conducteurs et usagers en colère

04 Septembre 2019

À partir du 1er septembre, la société Keolis (en remplacement de RATP Dev) va être chargée du transport urbain dans l’agglomération de Moulins.

En juillet, par communiqué de presse, Keolis a expliqué qu’elle va « améliorer le fonctionnement du réseau » avec l’objectif « de faire préférer le bus aux habitants de l’agglomération plutôt que la voiture » !

Mais « faire préférer le bus » ne s’applique sûrement pas aux habitants de plusieurs quartiers de l’agglomération, puisque des arrêts sont supprimés. Ni non plus aux lycéens du lycée Jean-Monnet à Yzeure, puisque les horaires de bus ne sont plus adaptés à leurs heures de sortie. Quant aux utilisateurs du TAD (Transport à la demande) de la zone la plus proche du centre, en particulier les personnes handicapées, ils devront s’acquitter d’un titre de transport, qu’ils soient détenteurs ou non de la carte d’abonnement mensuel.

La nouvelle organisation va modifier les rythmes de travail matin/soir des conducteurs et entraîner des coupures de service le samedi et pendant les vacances scolaires, ce qui va allonger leurs journées de travail. Cela pourrait aussi entraîner une diminution de salaire avec la perte de la prime de repas de 60 euros mensuels.

Usagers et conducteurs ont décidé d’organiser la riposte. Une pétition contre la suppression des arrêts a commencé à circuler. Elle a recueilli pour l’instant plus de 400 signatures. Un tract d’information a été rédigé et a circulé dans les bus, appelant les usagers à un rassemblement de protestation le jeudi 29 août. Plus de soixante personnes sont passées. Elles ont pu dire tout le mal qu’elles pensent du nouveau réseau de bus à une journaliste de la presse locale.

Une trentaine ont ensuite pris le bus pour aller retrouver le président de la communauté d’agglomération et maire de Moulins qui était en train d’inaugurer le nouveau dépôt de bus. Il ne s’est pas montré et a envoyé son directeur de cabinet. Mais, le lendemain, il a fait savoir que « des ajustements étaient toujours possibles ».

La colère des usagers et des conducteurs a donc eu un premier résultat. Ils sont d’ailleurs bien décidés à continuer de se faire entendre et une prochaine réunion est prévue pour s’organiser.

Correspondant LO