Hôpital de Flers : les économies en accusation

04 Septembre 2019

Un cadre de l’hôpital de Flers, dans l’Orne, a mis fin à ses jours sur son lieu de travail. Le quotidien Ouest-France, sur la base sans doute de déclarations provenant de la direction de l’hôpital, s’est empressé de déclarer dans son édition du 23 août que « rien ne permet d’établir de lien entre les circonstances du drame et les conditions de travail de ce cadre de santé ».

Cela a eu pour effet de faire réagir la famille de la victime et ses collègues de travail, qui demandent que le suicide soit reconnu en accident du travail.

Dans une lettre adressée au quotidien, ils dénoncent « les conditions de travail, le harcèlement et la maltraitance institutionnelle qui ont provoqué le décès » de ce cadre de santé, en poste à l’hôpital depuis une vingtaine d’années.

Mi-juillet, à l’appel de l’ensemble des organisations syndicales du site, 150 personnes avaient manifesté devant l’hôpital pour protester contre les fermetures de lits, le manque de moyens, les départs réguliers de médecins et les équipes débordées.

En 2018, le cadre de santé s’était arrêté plusieurs semaines pour un burn-out. Ne supportant plus les conditions de travail qui lui étaient imposées, il avait demandé sa mutation dans un autre hôpital.

Une chose est sûre : ce fait tragique est une mise en accusation supplémentaire de cette politique d’économies à outrance et de rentabilisation des hôpitaux.

Correspondant LO