Grève des pompiers : Dans les Yvelines

04 Septembre 2019

À Magnanville, Houdan, Les Mureaux, Aubergenville, les banderoles des pompiers du Service départemental d’incendie et de secours (SDIS) s’affichent sur les ronds-points aux abords des villes pour préciser les revendications des grévistes.

Les pompiers dénoncent avant tout le sous-effectif. Et, au-delà de la prime de risque qu’ils veulent obtenir à hauteur de celle des policiers, ils s’inquiètent de la remise en cause de leur droit à partir à la retraite à taux plein à 57 ans, ce qui est la moindre des choses, vu leurs conditions de travail. Il est question de reculer cet âge à 62, voire 64 ans. Leur droit à se voir compter un an de cotisations en plus pour cinq ans d’activités serait attaqué, passant à un an pour dix ans.

Les pompiers du SDIS dénoncent le manque d’effectifs. Ceux d’Aubergenville soulignent que le règlement leur impose d’être sept de permanence à la caserne (composée de treize professionnels et d’une soixantaine de volontaires, tous solidaires du mouvement). Les interventions se multiplient même en sous-effectif. « Pompiers, taxi du Samu » dénoncent les grévistes, qui mettent en cause le manque de médecins de ville et l’appauvrissement de la population, de plus en plus privée d’un accès normal aux soins.

Correspondant LO