Violences inacceptables

28 Août 2019

Le 19 août, au fort de Brégançon, Emmanuel Macron avait parlé de « blessures inacceptables » concernant les manifestations des gilets jaunes. En effet, parmi les 2 500 manifestants blessés, 24 ont été éborgnés, cinq ont perdu une main.

Une semaine plus tard, sur France 2, il a cependant précisé : « La première chose inacceptable, c’est la violence des manifestants, des blacks-blocs. » Selon lui, « le pire a été évité grâce au professionnalisme des forces de l’ordre », qui a permis d’éviter des « violences irréparables ». Il faudrait donc se réjouir qu’une trentaine de manifestants n’en sortent « que » mutilés, et pas morts. Une bonne nouvelle pour les flics cogneurs !