RATP : la journée de grève du 13 septembre se prépare

28 Août 2019

La prochaine réforme des retraites prévoit la suppression de tous les régimes spéciaux, comme celui qui concerne les travailleurs de la RATP au statut.

Ce régime spécial a déjà été mis à mal par les précédentes réformes des retraites, avec en particulier l’allongement de la durée de cotisation pour avoir une pension complète à 42, et bientôt 43 ans. L’embauche de plus en plus fréquente de travailleurs de droit privé par la RATP a été aussi un moyen de le contourner.

Avec la suppression complète de ce régime spécial, c’en serait fini du calcul des pensions à partir des six derniers mois de salaire et de la possibilité de départ anticipé du fait de la pénibilité de son emploi.

Ces reculs s’ajouteraient aux attaques annoncées contre tous les travailleurs : instauration d’un âge pivot à 64 ans, en dessous duquel s’appliquerait une décote, et calcul par points, qui permettrait au gouvernement de diminuer à sa guise le montant des pensions.

Dès que les syndicats ont annoncé une journée de grève le 13 septembre pour protester contre ces nouvelles attaques, les discussions ont été nombreuses dans les terminus du métro et dans les dépôts de bus.

La première chose que certains ont faite en revenant de vacances a d’ailleurs été de se déclarer grévistes pour le 13 sur les bornes informatiques prévues à cet effet (une procédure obligatoire au moins 48 heures avant la grève).

Certains cadres, eux aussi concernés, ont fait comprendre aux conducteurs que faire cette grève ne retarderait pas leur avancement de carrière, alors que c’est habituellement un moyen de chantage utilisé par la hiérarchie pour limiter la grève. Des agents de maîtrise ont annoncé qu’ils seraient eux aussi en grève.

Les syndicats, qui ont choisi une journée d’action à part pour la RATP, ne sont pas sans arrière-pensées corporatistes, mais bien des salariés de la RATP comprennent qu’ils ont, comme les autres travailleurs, intérêt à envoyer cette réforme à la poubelle, s’ils ne veulent pas passer leurs vieux jours plus usés et appauvris.

Correspondant LO